#HRC2016 Village Western : une transition 2.0 parfaitement réussie !

#HRC2016 Village Western : une transition 2.0 parfaitement réussie !

Le Village Western, gagnant du Grand Prix Horseee Riders Choice 2016, est situé à Hourtin, commune littorale Médocaine. A sa tête, Arnaud Peroux, gestionnaire de la structure équestre mais aussi du camping « Le Village Western » et cavalier western de haut niveau. Le secret de sa réussite ? Avoir effectué avec succès la transition vers l’équitation 2.0. Rencontre…

A l’heure d’internet, le monde du cheval est en pleine révolution. Arnaud Peroux identifie trois grands changement qui viennent bouleverser la gestion d’un établissement équestre : « Les ventes et échanges se digitalisent et se font désormais majoritairement par internetLa promotion des produits a elle aussi dû être repensée et le plus gros changement concerne la relation clients. Ils cherchent désormais un produit packagé complet et un réel sentiment d’appartenance à une communauté relayée par l’outil web. Malheureusement, la filière cheval, dans on ensemble, ne prend pas encore en compte ces changements. Les clubs font un mauvais usage des outils numériques et ne les voient pas comme un outil de prospection, d’analyse et de promotion ». Il souligne également que très peu de structures possèdent un site internet ou des pages sur les réseaux sociaux alors qu’il s’agit d’une vitrine à ne pas négliger.

Une partie des installations du Village Western

Une partie des installations du Village Western

Avec un site internet proposant de la vente en ligne sécurisée, un profil Horseee et des pages animées régulièrement sur les réseaux sociaux, le Village Western a su s’installer dans l’ère numérique. Bien qu’il y ait des adhérents à l’année, le principal de l’activité se fait de mars à septembre avec les vacanciers, très exigeants. La structure a fait en sorte de s’adapter aux besoins de chacun : « nous proposons des cours bien évidemment mais aussi différentes formations telles que les soins autour du cheval, la communication avec l’animal à pied (Horsemanship) et bien d’autres encore qui viennent compléter nos formations BPJEPS. Chacun peut trouver une prestation qui lui ressemble du plus jeune au plus âgé et nous proposons même des cours en anglais et parfois en allemand, nécessité oblige ! Certains de nos clients ne voulaient pas faire d’équitation Western en venant chez nous… trop cow-boy…Au final,  ils reviennent car ils ont su découvrir un univers différent des clichés produits par la société ! » 

Si la vision d’Arnaud semble bien novatrice c’est qu’il a du repenser sa structure pour pouvoir la sauver. En effet, lors de la tempête de 1999, la structure, qui n’était pas encore spécialisée, a été l’établissement touristique le plus détruit d’Aquitaine. Ce fut un vrai déclic « le coût des travaux était exorbitant, il nous a fallu modifier complètement notre concept, ce fut un gros électrochoc. C’est alors que l’idée du village à thème m’est venue et dès l’été 2000 nous sommes devenus le Village Western. Je suis passé pour un hurluberlu auprès de nombreux concurrents mais tous ceux qui ont refusé le changement et l’évolution du milieu du tourisme ont aujourd’hui beaucoup plus de difficultés ».

Au Village Western, les avis sont un bien précieux. Ils permettent à l’équipe de se remettre en question et de s’adapter sans arrêt aux souhaits des clients afin de proposer une offre la plus adaptée possible « par exemple, il est possible de poser quelques questions rapides à nos nouveaux clients à propos de l’accueil et de la structure. Ils ont un oeil extérieur, plus objectif, enfin, généralement ! ». Si la présence internet est la vitrine n°1, l’état de la structure est également importante. Une écurie au top, propre, typée et une équipe accueillante donnera l’envie au client de revenir ! L’internet et le bouche à oreilles sont autant de points qui permettent de gagner des clients, de se développer et d’être visible sans frais de communication importants : « il faut que la structure, tant virtuelle que réelle, donne envie ! Horseee permet de le faire via un seul outil ! Je crois en ce projet parce que c’est un précurseur dans notre milieu, désormais le bouche à oreilles se fait à échelle européenne. » ajoute Arnaud.

En plus de gérer la structure, Arnaud Peroux pratique l'équitation Western en compétition © Mathieu Rozand

En plus de gérer la structure, Arnaud Peroux pratique l’équitation Western en compétition
© Mathieu Rozand

Cependant, il ne compte pas s’arrêter là en termes de modernisation de sa structure : « La réservation en ligne est un outil devenu indispensable. Tout se réserve ou s’achète en ligne, pourquoi l’équitation y échapperait de manière généralisée ? Pouvoir proposer un cours, un stage, une balade, une offre de conciergerie est un vrai plus. » souligne-t-il avant de poursuivre. « A l’avenir j’aimerai développer la vidéo au Village Western, au sein d’une Web TV, sous forme de storytelling pour la promotion du Western au sens large, et de mini-reportages. L’objectif est de créer un univers fort et mettre en avant nos valeurs. Communiquer est vital en 2017. Celui qui ne communique pas n’existe pas. Je pense qu’il faut le faire en plus aujourd’hui avec un ’investissement personnel toujours plus important. Mais c’est à double tranchant. La personnalisation, la peopolisation des gestionnaires, est un réel atout pour la fidélisation des clients, mais contrôlée et gérée ! Les gens ont besoin d’être tenus par la main, accompagnés et d’avoir des guides dans leur voyage. Le lien doit être fort et sembler unique à chaque client. » 

 Nous finirons cette rencontre sur des propos remplis de sagesse :  « Il ne faut pas hésiter à se former. Il faut toujours se former, en permanence que ce soit en communication, en gestion et même en anglais, à minima. Ce sont autant de choses que nous n’apprenons hélas pas pendant le BP mais qui sont indispensables pour gérer une structure au quotidien. Certes ces formations ont un coût mais il faut raisonner sur le long terme et sur les clients que ça peut nous apporter ! Le principe est le même pour les investissements sur la structure mais il faut penser au retour que l’on aura sur le long terme : un gain temps, d’argent ou même une meilleure qualité de vie pour soi et pour les animaux ou une amélioration des conditions de travail pour l’équipe. C’est un tout qui fait que la structure fonctionne correctement ! »

Pour tenter de remporter le Grand Prix Horseee Riders Choice 2017, inscrivez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *