#CoachingSportif : L’Equitation, un sport, un vrai !

#CoachingSportif : L’Equitation, un sport, un vrai !

Lucile propose des exercices adaptés aux cavaliers

Lucile propose des exercices adaptés aux cavaliers

Prénom/Nom : Lucile Cartier

Métier/Diplôme : Coach sportif, professeur de Pilates BPJEPS AGFF.

Expérience : « Ma vie se résume au sport. Je partage mon temps entre mon métier, coach sportif, et ma passion, l’équitation, et plus particulièrement la compétition de CSO. J’ai donc développé une attention toute particulière sur la préparation physique des cavaliers, souvent insuffisante, si ce n’est inexistante. »

L’Equitation, un sport, un vrai !

Pour qui ?

Pour tous les cavaliers !

Quand?

C’est un travail de fond, à pratiquer hors leçon d’équitation

Où?

A la maison, à l’écurie, en salle de sport

Oui, oui, vous avez bien lu! L’Equitation est un sport à part entière !

Certes, c’est au cheval de marcher, trotter, galoper et sauter. Mais le cavalier ne peut se permettre d’être un simple passager clandestin sur le dos de sa monture. Je parle ici des « cavaliers » au sens le plus large. Cavaliers de loisir, d’extérieur, cavaliers de centre équestre pratiquant une ou deux fois par semaine, cavaliers plus assidus montant tous les jours ou presque, et cavaliers professionnels qui travaillent plusieurs chevaux au quotidien. Et ce, quelle que soit la discipline : attelage, voltige, dressage, obstacle, complet, endurance, truc, western…

La majorité d'entre nous passe la plus grande partie de son temps en position assise.

La majorité d’entre nous passe la plus grande partie de son temps en position assise.

La position est le pilier de la communication cheval-cavalier

Notre mode de vie actuel, position majoritairement assise, pas ou peu d’activité physique, induit une faiblesse des muscles profonds, ceux de la posture, qui encadrent le squelette et les articulations. Ce manque de soutien engendre une utilisation souvent à mauvais escient des muscles plus superficiels, les muscles du mouvement, comme ceux des cuisses, les quadriceps, ou ceux des bras, les biceps et triceps.

Face au comportement du cheval, des réactions plus ou moins volontaires vont alors découler : serrer les genoux, s’accrocher aux rênes, contracter les épaules, se recroqueviller…Ceci entraine une contraction du cavalier et un message d’ordres contraires au cheval.

Le mauvais usage des aides est en fait dû à une instabilité du cavalier.

Le cercle des aides, pour une bonne communication cavalier - cheval

Le cercle des aides, pour une bonne communication cavalier – cheval

Un travail de préparation physique semble donc indispensable à une bonne pratique de l’équitation, autant pour le cavalier, que pour le cheval lui même. Et ce qui est vrai pour le cavalier de loisir, l’est également pour le cavalier de compétition. Ce sont seulement différents aspects qui entreront en ligne de compte.
Pour le premier, la volonté sera de monter en toute sécurité, de prévenir des douleurs musculaires ou articulaires. Pour le second, ces exigences seront complétées par une recherche de performance.

Une mauvaise préparation physique, en plus du stress ressenti lors d’un concours, peut entrainer une contre performance, une baisse de la lucidité avec des erreurs de jugement, de mauvaises prises de décisions. De plus en plus de cavaliers en prennent aujourd’hui conscience, le cheval n’est plus le seul athlète du couple. L’équitation est un sport exigeant, avec beaucoup de contraintes.

Geoffroy Martinez ici sur Joe utilise la préparation physique pour améliorer ses performances

Geoffroy Martinez ici sur Joe utilise la préparation physique pour améliorer ses performances

Geoffroy Martinez, cavalier professionnel de saut d’obstacles, nous fait partager son expérience :

« Au début, j’étais un peu retissant à l’idée de faire du sport, en plus de mes journées déjà bien chargées. Je monte environ 6/8 chevaux par jour, sans compter les heures entières à piétiner debout dans la carrière pendant mes cours. Les premières fois ont été difficiles, manque de motivation, pas de résultats concrets à court terme. Puis j’ai commencé à me sentir plus à l’aise, mieux dans mon corps. J’étais moins raide sur les premiers chevaux le matin et mes douleurs de dos ont considérablement diminué. Les étirements que je pratique le soir m’aident à mieux dormir, apaisent mon corps comme mon esprit. »

A suivre dans le prochain article, des exercices simples, à reproduire chez vous ou à l’écurie, pour une préparation physique efficace.

Si vous aussi vous avez des questions à poser à Lucile à propos d’un cas particulier de maréchalerie, n’hésitez pas à vous inscrire sur Horseee et à nous contacter à ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *