#3 Préparation aux championnats – Avoir un cheval souple

#3 Préparation aux championnats – Avoir un cheval souple

 

La saison bat son plein et ce n’est pas le moment de faillir dans la course aux qualifications pour les compétiteurs de France.

Portrait de Heloise bonnidal pour HorseeeHorseee a sélectionné des professionnels pour vous donner des conseils de qualité. Aujourd’hui, c’est Héloise Bonnidal, Massophysio-thérapeute – l’équivalent d’un kinésithérapeute ‐qui nous parle de la préparation physique des chevaux. Elle intervient directement sur le terrain avec pour objectifs de permettre au cheval de se mouvoir avec fluidité et relâchement, d’améliorer sa souplesse et sa disponibilité et de prévenir des lésions ostéo-articulaires basses souvent consécutives aux tensions persistantes de la ligne du dessus par phénomènes de compensation. Elle intervient auprès des chevaux en activant les circulations sanguine et lymphatique pour une bonne élimination des toxines, et donc une augmentation des facultés de résistance à l’effort et de récupération du cheval, et en effectuant des massages et étirements, pour stimuler le système neurologique. Elle préconise également aux cavaliers de bonnes pratiques d’entretien des chevaux au travail. Elle a choisi Horseee pour son approche global de l’équitation et partage ses précieux conseils pour gérer la préparation physique des chevaux.

 

Conseil n°1 : Bien placer sa selle

Chaque cavalier devrait choisir sa selle en fonction de la morphologie de son cheval et celle‐ci devrait se passer de tout amortisseur. Cependant nombreux sont les cavaliers qui ont investi depuis longtemps dans une selle et qui ont entre temps changé de cheval. Il faut s’appliquer à bien dégaroter son tapis et à poser la selle là où elle repose naturellement sur le dos de son cheval ni trop en avant, ni trop en arrière sur le dos du cheval. Généralement de manière à ce que la sangle passe environ un travers de main en arrière du passage de sangle tel qu’il est défini en hippologie. Visuellement le siège doit être bien horizontal, pommeau et troussequin au même niveau, l’étrivière tombant perpendiculairement au sol.

Bon à savoir :les muscles du dos ne sont pas porteurs, ils sont locomoteurs et doivent rester bien souples pour un bon fonctionnement ; c’est le ligament supra-épineux (celui qui relie les processus épineux des vertèbres du dos entre eux, du garrot à la base de la queue) qui est porteur. Il prolonge le ligament nuchal (qui va de la nuque au garrot)

 

Conseil n°2 : Détendre son cheval correctement

Commencez la séance de travail avec des rênes ajustées sans chercher à placer la tête de votre cheval en enchaînant 10 minutes de pas, 7 minutes de trot et 5 minutes de galop sur des lignes droites et de grands cercles. Attention cependant, il n’y a pas de timing idéal, cela dépend du cheval et du temps qu’il lui faut pour s’installer. Recherchez un équilibre et une attitude naturels du cheval.

A l’issue de cette phase d’échauffement, commencez à mobiliser votre cheval en variant les allures : pas-trot-pasds un 1er temps puis trot-galop-trot. Important : dire à son cheval de prendre le temps, qu’il n’a pas un train à attraper. Le cavalier doit ralentir son trot en lever et ne pas subir l’allure de son cheval, c’est le cavalier qui doit donner le tempo, pas l’inverse. Idéalement le trot doit être lent et décomposé, le pas tout de suite actif dans la transition ; dans le même esprit, le galop doit être tonique dans le départ, le trot tout de suite cadencé dans la transition descendante.

Ne vous raccrochez pas à la bouche mais tentez de sentir le mouvement depuis les jarets de votre cheval.

Enfin, vous pouvez commencer à resserrer vos cercles et à travailler les allongements et ralentissements dans l’allure. Et aussi devenir plus exigent quant à l’attitude du cheval : nuque plus haute, angle tête-encolure plus fermé, hanches abaissées, allures plus rassemblées et/ou plus toniques

Bon à savoir :cette détente en 3 temps vous aidera non seulement à améliorer l’état physique de votre cheval mais le rendra également plus disponible au travail.

 

Conseil n°3 – Etirer son cheval

Après la séance de travail, comme pour un coureur, il est important de finir par des étirement. Mettez votre cheval dans une attitude d’extension de l’encolure, tête loin devant vers le bas et faites des cercles modérés en incurvant tout le corps de votre cheval sur le tracé. Demandez aussi, dans la même attitude, des contres incurvations, une manière de « stretcher » le cheval, à la fois longitudinalement et latéralement.

Bon à savoir :les chevaux ont une très bonne mémoire. Finir vos séances par un moment d’étirement pour votre cheval, le prévenant de toute courbature, rendra les séances suivantes de plus en plus faciles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *